ARAKI NOBUYOSHI - SHIKI IN
ARAKI NOBUYOSHI - SHIKI IN
ARAKI NOBUYOSHI - SHIKI IN
ARAKI NOBUYOSHI - SHIKI IN
ARAKI NOBUYOSHI - SHIKI IN

ARAKI NOBUYOSHI - SHIKI IN

通常価格
売り切れ
セール価格
€130,00
単価
あたり 
税込

ARAKI NOBUYOSHI
SHIKI IN

Published by Aat Room and eyesebcia, 2005
Book size 36,4 x 22,5 cm
Pages 128 pages
Hardcover
Limited edition of 1000
Good condition
Rare book

The year 2005 marked the beginning of publications by Araki which featured his painted photo works. Although this marks the published introduction of his use of vibrant color on top of his black and white photographs, Araki has continuously explored (and perhaps unintentionally)confronted issues of censorship within Japanese society. Faced with prosecution due to the graphic nature of his imagery, Araki, although always having confronted the comfort zones of his viewers, began to blot out and scrape over the genitals in the image substituting the exposed area with hand-scribbled lines of black, using more and more frequently bright and vibrant colors. This application of colors within Shikiin (published in 2005) brilliantly captures this now established part of his repertoire. Included within the pages are 128 images; portraits of his models bound in Kinbaku, vibrantly transformed with the painted brush strokes of Araki’s hand. This self censorship of his works added a transformative element to his photographs, presenting them as a visual response on both the laws of censorship, as well as referencing the sexual imagery based on Japanese traditions alongside Araki’s own visual motifs of color, used to portray all that is living and the use of monochrome to connote notions of death.

------------

L’année 2005 a marqué le début des publications d’Araki qui présentaient ses œuvres photographiques peintes. Bien que cela marque l’introduction publiée de son utilisation de couleurs vives en plus de ses photographies en noir et blanc, Araki a continuellement exploré (et peut-être involontairement) les problèmes de censure au sein de la société japonaise. Confronté à des poursuites en raison de la nature graphique de ses images, Araki, bien qu’ayant toujours affronté les zones de confort de ses téléspectateurs, a commencé à effacer et à gratter les parties génitales de l’image en remplaçant la zone exposée par des lignes noires griffonnées à la main, en utilisant de plus en plus souvent des couleurs vives et vibrantes. Cette application des couleurs au sein de Shikiin (publiée en 2005) capture avec brio cette partie désormais établie de son répertoire. Inclus dans les pages sont 128 images; portraits de ses modèles liés à Kinbaku, transformés de manière vibrante avec les coups de pinceau peints de la main d’Araki. Cette autocensure de ses œuvres a ajouté un élément transformateur à ses photographies, en les présentant comme une réponse visuelle à la fois aux lois de la censure, ainsi qu’en faisant référence à l’imagerie sexuelle basée sur les traditions japonaises aux côtés des propres motifs visuels de couleur d’Araki, utilisés pour tout représenter. c’est vivant et l’utilisation du monochrome pour connoter des notions de mort.